Médias sociaux et Défense : il est (mal) né le divin enfant

Ms_mindef

Comme quoi, tout fini par arriver… Hier sur la toile, on nous signalait la publication par la DICoD(Délégation à l’information et à la communication de la Défense) du tout premier « guide du bon usage des médias sociaux » pour les militaires français (disponible en téléchargement au bas de cet article).

Il faut dire qu’il était temps. L’institution ayant accumulé beaucoup de retard sur la question, notamment comparé à nos amis anglo-saxons (comme d’habitude pourrait-on rajouter).

Je me rappelle d’ailleurs avoir sollicité la DICoD, il y a près de deux ans, pour connaitre l’état du sujet au sein de la grande muette. Après quelques pénibles relances, un sympathique Lieutenant de vaisseau me fit la réponse suivante, en novembre 2010 :

Bonjour,

 

Comme promis je reviens vers vous.

 

Je vous confirme qu’il n’y a pas de doctrine ou politique officielle en matière de réseaux sociaux pour les militaires et plus largement le personnel du ministère de la défense. Il n’y a donc aucune interdiction spécifique en la matière. Chaque militaire est donc libre d’utiliser les réseaux sociaux, à titre personnel et dans le respect bien entendu du « secret professionnel ».

 

cordialement,

Lieutenant de vaisseau AXXX EXXX
DICoD – Centre de presse
Tel : 01 44 42 53 46

La publication de ce guide est donc un pas dans la bonne direction. La guerre en Afghanistan (mais pas seulement) nous a démontré que bien des choses se déversaient sur les médias sociaux et qu’il y avait là un enjeux parfois vital. L’institution militaire française, dans sa très lente mutation communicationnelle, a fini par prendre en compte cette « nouvelle dimension ».

Y-a-t-il pour autant lieu de se réjouir ?  

Oui, si l’on sait à quel point la Défense est partie de loin. Il serait malhonnête de ne pas prendre en considération la grosse mutation engagée ces dernières années : refontes des différents sites web, production de vidéos, fils Twitter, sites et campagnes dédiés au recrutement… Pour avoir travaillé une partie de ma carrière dans la sphère publique, et y avoir notamment porté des sujets de refonte ou de développement web, j’imagine très bien les contraintes, lourdeurs et compromis (techniques, règlementaires, humains, financiers et politiques) par lesquels il a fallu passer. Dont acte.

Il y a cependant un gros raté dans la production de ce guide: il n’est envisagé que sous l’angle gestion des risques. A aucun moment il n’est vu comme un outil de promotion ou d’influence possible. Et c’est là que le bât blesse.

Les militaires US , eux, ont bien identifé qu’il y avait une carte à jouer. Pour vous en convaincre, je vous conseille l’excellent article publié sur Mars Attaque, au sujet du guide des médias sociaux du Corps des Marines paru en 2011. En bref, dès le départ, l’outil fut analysé comme une opportunité de storytelling autour des valeurs du Corps et des missions qui lui sont confiées (sans exclure les questions de sécurité et de bon sens).

Il y a eu cette compréhension intime aux médias sociaux selon laquelle l’auditoire externe peut être un terrain sur lequel s’appuyer afin de renforcer la légitimité des actions menées par l’institution. Les plus fins analystes d’entre vous comprendront également que cette « arme » comporte aussi un axe politique interne. Chaque corps d’armée US devant défendre son budget, et donc sa légitimité, nul doute que le vecteur des médias sociaux contribue à l’effort de guerre en lobbying auprès des politiques.

On touche donc là un problème central au sein de l’institution militaire française quant à la question communicationnelle. Celle-ci n’est pas vu comme un levier stratégique, mais comme une simple fonction support. Une sorte de pieuse obligation. Ce guide mal né semble être la parfaite illustration de cette posture…

Mais peut être ne sommes nous qu’à mi-chemin de l’évolution ? Certains signaux de fumée et avis divergents (nouvelles doctrines et publications d’officiers) laissent percevoir un changement possible. Nous en reparlerons dans un prochain billet.

Autres articles similaires :

Le document en question :

MS_mindef.pdf
Publicités

2 thoughts on “Médias sociaux et Défense : il est (mal) né le divin enfant

  1. @AnaisReding merci pour ton commentaire. Ca fait plaisir d’avoir une lectrice de ton calibre parmi mon lectorat. On pr?pare autre chose de sympa avec @Marsattaqueblogue (dont je te conseille fortement l’ajout dans tes flux RSS).Florent, merci pour la mention dans ton article et pour avoir remont? le sujet en premier 😉

  2. Ping: Défense et réseaux sociaux: l’armée française publie une excellente réflexion | Comfluences, David Millian

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s